Salaire école d’ingénieur : combien gagne-t-on en sortant d’une école d’ingénieur ?

Accueil » FAQ : toutes les réponses à vos questions » Salaire école d’ingénieur : combien gagne-t-on en sortant d’une école d’ingénieur ?

Contactez-nous pour en savoir plus sur nos programmes

Vous souhaitez nous rejoindre ?

Quel est le classement des écoles de commerce par critère d’insertion professionnelle ?

S’il est bien un secteur qui bénéficie d’une réussite éclatante, c’est bien celui de l’ingénierie. La demande d’inscription est en constante progression et assure un des taux de recrutement les plus élevés de l’enseignement supérieur. Dès lors, on peut réaliser un classement des écoles de commerce basé sur trois critères :

  • Les secteurs d’insertions les plus plébiscités par les étudiants
  • le pourcentage d’embauche des étudiants avant la fin du cursus
  • Le salaire moyen (en brut) au premier emploi
    – École des mines, ParisTech – Service, industrie – 84% – 43 700 euros
    – SUPELEC, Gyf sur Yvette – Conseil énergie – 68 % – 42 900 euros
    – ENSTA, ParisTech – Finance, aéronautique, automobile – 43 % – 41 400 euros
    – ESPCI, ParisTech – Energie, chimie, automobile – 42 % – 41 000 euros
    – École des ponts et chaussées, ParisTech – Industrie, BTP – 70 % – 40 000 euros
    – Télécom, ParisTech – Conseil, Technologie de l’information – 66 % – 40 300 euros
    – Chimie ParisTech – Chimie, energie, eco environnement – 56 % – 39 000 euros

Sans surprise, ce sont des établissements issus de l’Ile de France qui tiennent le haut du panier en termes de niveau d’insertion et de salaire à la première embauche. La réputation de ces établissements n’est plus à prouver et marque une vraie différence de traitement par rapport à des établissements Provinciaux. On voit bien à quel point l’influence d’une école d’ingénieur, à cursus égal, peut avoir un fort impact sur la rémunération des nouveaux employés. 

Quel est le salaire moyen d’un ingénieur lors de la première embauche ?

S’il est un secteur qui n’a pas souffert de la pandémie, c’est celui de l’ingénierie. En moyenne, un ingénieur fraîchement sorti de formation perçoit un salaire d’environ 32 250 euros net par an, soit 16,54 euros de l’heure. Bien évidemment, la rémunération dans ce secteur est extrêmement évolutive et peut tripler au cours de la carrière. Pour autant c’est une moyenne réalisée à partir de données extrêmement variables. L’ingénierie comprend de nombreux domaines professionnels et les salaires fluctuent en fonction du domaine, de l’école de formation, du niveau d’expérience ainsi que de la taille de l’entreprise.

Y’a-t-il des différences de salaires suivant l’école dont l’ingénieur est issu ?

Selon l’établissement qu’un étudiant a fréquenté pendant son cursus, les entreprises peuvent attribuer une rémunération plus significative à la première embauche. En effet, le prestige que peut représenter certains établissements d’étude supérieur a un impact direct sur la valeur attribuée aux nouveaux employés. Voici un classement non exhaustif des salaires en brut attribué dès la première embauche, selon l’établissement de formation :

  • École Polytechnique  – 59 500 euros
  • ENSAR PAris – 59 500 euros
  • École des ponts Paris Tech Marne la Valée – 58 700 euros
  • Télécom Paris – 51 400 euros
  • CentralSupélec – 51 333 euros
  • École des mines ParisTech – 50 448 euros
  • IMT Atlantique – 41 600 euros
  • École centrale – Lyon – 41 400 euros
  • École centrale Nantes – 38 675 euros
  • INSA LYon – 40 315 euros

Y’a-t-il des différences de salaires suivant les spécialités des ingénieurs ?

La fonction d’ingénieur se distingue par la multiplicité des spécialités au sein même du secteur.  Ainsi, il est délicat de définir un salaire précis pour cet emploi tant il regorge de fonctions différentes. Pour autant, une étude récente détermine la moyenne des rémunération selon le type de spécialité en ingénierie, du salaire débutant (première colonne) jusqu’à celui des plus expérimentés (seconde colonne) : 

  • Ingénieur Chimiste – 3500 euros – 8000 euros
  • Ingénieur matériaux – 3100 euros – 7500 euros
  • Ingénieur aérospatiale – 3500 euros – 7600 euros 
  • Ingénieur aéronautique – 3400 euros – 7600 euros
  • Ingénieur cybersécurité – 3200 euros – 7000 euros
  • Ingénieur domotique –  3100 euros  – 7500 euros
  • Ingénieur informatique – 3100 euros – 7000 euros
  • Ingénieur système et réseau – 3200 euros – 6700 euros
  • Ingénieur système embarqué – 3100 euros – 6500 euros
  • Ingénieur modélisation – 3000 euros – 6400 euros
  • Ingénieur en télécommunication – 3200 euros – 6200 euros
  • Ingénieur d’études informatique – 3000 euros –  6000 euros

On distingue donc une différence significative de salaire selon les spécialités. La biochimie arrive en tête du classement, talonnée par l’aérospatiale puis le secteur informatique. Encore une fois, le secteur propose un salaire confortable dès l’embauche, et possède une des perspectives d’évolution salariale les plus marquantes de tous les secteurs d’activité.

A quel niveau de salaire un ingénieur peut-il prétendre au cours de sa carrière ?

Si le nombre de spécialités rend difficile à déterminer le salaire médian d’un ingénieur, des études déterminent tout de même à créer une moyenne générale, comprenant la rémunération en début de carrière jusqu’au poste les plus expérimentés.

Selon une statistique calculée entre les salaires les plus hauts et les plus bas, la rémunération moyenne en ingénierie s’élève à 52 000 euros brut par an, soit 3170 brut par mois. En comparaison du salaire médian Français, cela représente 830 euros de plus.

Toujours en prenant en compte des différents niveaux d’expériences sur l’ensemble du secteur de l’ingénierie, un débutant touche en moyenne 37 800 euros brut par an.

Avec une expérience de 5 ans à 10 ans, un ingénieur peut prétendre à un salaire de 47 000 euros brut par an. Enfin, pour les 10 ans et plus de carrière, la rémunération peut s’élever à un niveau bien plus important. En moyenne, on parle de 130000 euros et plus, selon la taille de l’entreprise ainsi que la spécialité de l’employé. Ce salaire peut s’élever pour les plus expérimentés à 180 000 euros brut par an.

Est-ce le fait d’aller à l’étranger permet à un ingénieur de faire augmenter son salaire plus rapidement sur le marché du travail ?

Le phénomène d’exode des ingénieurs récemment diplomé semble s’accentuer d’années en années. Selon une récente étude, un ingénieur sur 6 s’expatrie pour aller travailler hors de nos frontières. Cela représente un total de 124 000 ingénieurs sur les 780 000 formés sur une année.

En cartographiant le secteur, on compte

  • 34 % d’ingénieurs travaillant en Ile de France.
  • 50%  en Province et dans les Dom ToM
  • 16 % à l’étranger

Les destination d’accueil des ingénieurs formés en France, expatriés se situent :

  • En Europe – 70 5000
  • Etats Unis –  24 050
  • Asie – 17 750
  • Afrique – 8050
  • Océanie – 3650

Il est intéressant de se questionner quant aux motivations des jeunes diplômés à quitter leur pays de formation. Au sein même du pays, on trouve déjà des différences significatives de salaire selon les régions. L’Ile de France rassemble les entreprises rémunérant le plus, marquant un différence forte avec la province.

Selon les ingénieurs sondés, 

  • 64 % de ceux ayant déjà quitter le pays estiment que la qualité de vie est bien meilleure ailleurs
  • 71 % d’entre eux pensent qu’il y a davantage de propositions d’embauche au-delà de la France.
  • 79% des sondés estiment que le salaire est bien plus avantageux 

En effet, une étude récente montre que le salaire médian des ingénieurs parti à l’etranger est de 85 000 euros brut comparé au 56 000 euros brut Français.

  • Sur la totalité des ingénieurs expatriés Français, 37% ne souhaite pas revenir dans leur pays d’origine.

Bien que l’Ile de France semble être beaucoup prospère et généreuse en termes d’offre et de salaire, l’écart global entre l’etranger et notre pays est très significatif. On peut comprendre aisément qu’après un cursus fastidieux et exigent, un jeune diplômé décide de partir pour obtenir une rémunération plus avantageuse, à la hauteur de ses compétences.

En savoir plus sur la formation ingénieur

Mis à jour le 19 mai 2022