ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Mercredi

04/01/2017

Mardi

07/02/2017

Mercredi

01/03/2017

Mardi

11/04/2017

Mercredi

03/05/2017

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
International

Témoignage : Morgan, étudiant à l'ECE Paris nous raconte son stage en Nouvelle Calédonie

23
Jul

GOPR0081

 

Vous rêvez d’un stage à l’étranger ? Et pourquoi pas en Nouvelle Calédonie ? Morgan, étudiant en 4ème année à l’ECE Paris nous fait part de son expérience.

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ?

Catapulté dans la capitale après avoir obtenu mon Bac à Tahiti, j’ai choisi l’ECE Paris pour sa renommée, la qualité de son enseignement et son ouverture sur l’international. J’y ai suivi le parcours Post-Bac avec 2 ans de Prépa Intégrée pour m’orienter vers la majeur « Systèmes d’information » en section internationale.  Un domaine en pleine expansion garantissant des projets stimulants. J’ai ensuite effectué un semestre au Canada en début de 3ème année et pars prochainement pour Lima (Pérou) en échange universitaire pour valider mon premier semestre de 5ème année.

Pourquoi et comment avez-vous décidé d’effectuer votre stage en Nouvelle Calédonie ?

Quitter la métropole a toujours été une priorité depuis que j’ai intégré l’école. J’ai effectué mon premier stage à Tahiti, puis le deuxième en Thaïlande. C’est donc tout naturellement que j’ai essayé de faire mon 3ème stage dans une collectivité d’outre-mer. La Nouvelle-Calédonie est un endroit plein de ressources avec une richesse minière au cœur de son développement. Un archipel cherchant à rattraper son retard et où un sujet de stage comme le mien permet d’« apporter sa pierre ».

Quel stage effectuez-vous ? Quelle est votre journée type ? Quelles sont vos missions ? Qu’apprenez-vous ?

Je travaille avec Hugo Chauvière (également élève de l’école) pour Caltrac, le concessionnaire de Caterpillar, en Nouvelle-Calédonie, qui est le leader mondial en engins miniers. Nous sommes venus créer une plateforme permettant le suivi de l’état de fonctionnement des machines réparties sur les 5 sites d’exploitation de la SLN (Société Le Nickel). Cette nouvelle plateforme regroupant la planification des interventions,  le «reporting» des maintenances et intégrant une gestion QHSE (Qualité Hygiène Sécurité) sur mine permet d’extraire et d’archiver des informations précieuses pour le développement de la société.

 

Lors du premier mois de stage nous avons fait l’audit de tous les acteurs de la plateforme au siège (Nouméa) et sur différents sites d’exploitations répartis sur toute la Nouvelle-Calédonie afin d’établir le cahier des charges (attentes du client). Nous avons par la suite développé la solution sur près d’un mois et demi, pour ensuite entamer toute la phase de « livraison » du projet qui consiste à rédiger des documents explicatifs, des supports de formation et assister les employés dans la phase de transition d’outils de travail. En soit, un projet très complet qui permet de bien mieux intégrer le fonctionnement d’une entreprise et les relations que l’on peut entretenir avec la hiérarchie. Nous avons régulièrement été amenés à travailler avec des équipes australiennes par vidéo conférence afin de déployer le projet sur les équipements de la société du groupe la plus proche de Caltrac, située à Brisbane.

 

Pouvez-vous nous décrire la vie sur place ? Quelques anecdotes ?

« La vie est douce », doit être la phrase que je me répète le plus souvent ici. La possibilité de camper tous les weekends dans des lieux insolites, de pratiquer quasiment tous les sports aquatiques après le travail, de faire du vélo ou de la randonnée crée une atmosphère particulière qui tranche réellement entre notre activité professionnelle et notre temps libre.

L’avantage de voyager est que l’on rencontre des gens très ouverts qui nous accueillent gentiment et que des opportunités incroyables s’ouvrent à nous comme survoler le lagon et les îlots de la grande terre ou encore de nous rendre dans l’île paradisiaque qu’est l’Ile des Pins.

Quelles différences y a-t-il entre le fait d’effectuer son stage en Nouvelle Calédonie par rapport à la France ?

Je ne peux malheureusement pas répondre à cette question car je n’ai jamais fait de stage en Métropole. En tous cas, en Nouvelle-Calédonie, tous les weekends sont des vacances, le rythme de vie et le soleil font que l’on profite réellement des choses que l’on aime faire en plus du travail qui, lui, contrairement aux idées reçues n’est pas « à la cool »

Avez-vous un ou deux bons plans à donner à des étudiants qui souhaitent également partir faire leur stage là-bas ?

Un conseil pour ceux qui veulent venir faire leur stage là bas : contrairement à ce que j’ai dit précédemment, cette fois-ci il faut venir « à la cool ». Ici tout se règle sur place. Il ne faut pas s’attendre à avoir une idée bien définie de où vous allez loger, comment vous allez vous déplacer… Et bien sûr profiter des weekends pour faire le tour de la Nouvelle-Calédonie, de ses îles et découvrir des paysages très beaux et variés. Il faut par contre prévoir un certain budget car la vie est chère.

Quels sont vos projets ?

Ce stage m’a marqué à un point que je n’aurais pas imaginé avant de partir. J’ai comme projet de revenir en Nouvelle-Calédonie après mon semestre au Pérou afin de développer une activité dans le conseil et le développement d’outils sur mesure répondant aux besoins spécifiques du territoire.