ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Aucune date pour le moment

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
Prépa Intégrée

Les élèves ingénieurs de l'ECE Paris partent en campagne contre le plagiat

24
Mar

 

Depuis le 10 mars, une campagne de publicité réalisée par les élèves de l’école et luttant contre le plagiat est exposée dans les locaux de l’ECE Paris. En effet, par les temps qui courent, les étudiants font de plus en plus face à des problèmes de droit d’auteur. Ils ont fortement tendance à faire comme si de rien n’était et à utiliser le travail d’une autre personne sans se soucier des conséquences. Face à cette situation, l’ECE met en place un enseignement de communication dont les lignes conductrices sont l’étude du plagiat et de ses conséquences ainsi que l’élaboration d’une campagne de prévention des dangers de ce dernier. Par conséquent, de début octobre à fin février, les élèves de première année  de prépa intégrée se passionnent pour cette matière atypique.

 

Lors de ce mois de mars, en se baladant dans les locaux du Quai de Grenelle, il est facile de tomber nez à nez avec des affiches publicitaires réalisées par les élèves de première année de prépa intégrée. Sur les écrans plats, défilent également de nombreux court-métrages pointant du doigt les méfaits du plagiat. Véronique Bernez, responsable des enseignements de communication en première année et créatrice de ce concours interne de publicité très spéciale, compte bien développer encore un peu plus son projet né il y a maintenant trois ans.

Une réelle évolution par rapport à la première campagne

En septembre 2007, la passionnée de lettres et d’orthographe, souhaitant répondre de manière artistique à une demande pédagogique récurrente, a décidé d’élaborer un projet de communication basé sur la lutte contre le plagiat.

 

Il fut tout d’abord demandé aux élèves de réfléchir à la définition du plagiat. Ils eurent également comme consigne de cibler les limites et les conséquences de la copie du travail d’autrui dans la vie à l’école mais également en se projetant dans leur vie future. Ils réalisèrent ensuite des affiches ou des vidéos qu’ils devaient défendre et présenter aux autres élèves de leur promotion.

 

Ce travail étant axé sur la concision, il obligea les étudiants à rivaliser entre idées lumineuses pour donner un maximum d’informations sur un espace restreint de publication. De plus, ce projet permit de sensibiliser les futurs ingénieurs aux dangers liés au plagiat de manière plus ou moins directe.

 

Aujourd’hui, ces manifestations artistiques sont désormais fortement mises en avant car exposées dans les locaux de l’ECE Paris, affichées sur les murs et également diffusées sur les écrans plasma. L’association journalistique L’Expression, sur son site Internet, propose même à tous les étudiants de voter pour leur affiche ou leur vidéo préférée.

Une campagne anti-plagiat utile, motivante et appréciée

Cette année, certaines affiches ont été présentées lors de la Dictée ECE qui s’est déroulée le jeudi 17 mars en présence d’invités prestigieux tels que Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L’Express. L’école dirigée par Pascal Brouayes affiche donc sa volonté de mettre en avant l’apprentissage personnel en laissant de côté la fraude ainsi que le vol d’idées et de travail d’autrui.

 

En ce qui concerne les étudiants, ils ont apprécié travailler sur ce sujet et soulignent la manière dont cela a été fait puisqu’ils ont réalisé des produits de qualité et exploitables. Ce support de travail a fait appel à leur créativité et les a motivés de manière significative. Pour s’en convaincre, il suffit de voir la manière dont ils défendent leurs projets longuement élaborés durant plus d’un mois.

 

A l’heure où même des ministres sont amenés à démissionner après des accusations de plagiat, Véronique Bernez tient quant à elle à souligner l’importance de ce projet dans la vie future des étudiants. En effet, depuis l’apparition d’Internet et avec l’explosion des réseaux sociaux, le partage des données est de plus en plus facile et beaucoup de personnes ont tendance à omettre le principe de propriété intellectuelle ou autres droits d’auteur. Le plagiat peut se caractériser sous plusieurs formes qui sont plus ou moins explicites, les élèves ingénieurs de l’ECE Paris l’ont bien compris en mettant en place bon nombre de représentations différentes lors cette campagne.

 

Ce projet ayant été un véritable succès chaque année où il fut proposé aux étudiants de première année, l’enseignante de communication compte bien poursuivre sur sa lancée : ‘‘On avait travaillé sur le sujet il y a trois ans avec les Ing1 mais sans réaliser une véritable exposition d’art, ce que l’on fait cette année. Il est fort possible qu’on s’y replonge dans les années à venir’’. Populariser les réalisations des élèves et mettre en place un concours entre plusieurs écoles pourraient être de bonnes idées à exploiter dans un futur proche.

 

Louis Vignacq pour l’Expression