ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

21/01/2017

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

15/04/2017

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Mercredi

09/11/2016

Mercredi

07/12/2016

Mercredi

04/01/2017

Mardi

07/02/2017

Mercredi

01/03/2017

Mardi

11/04/2017

Mercredi

03/05/2017

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
International

Témoignage : Arnaud élève-ingénieur à l’ECE Paris, nous raconte son année au Danemark

29
Fev

160229-danemark_temoignage

 

Arrivé en Terminale S, l’idée de vouloir faire du domaine scientifique mon domaine de prédilection était fortement ancrée. Seulement ce simple choix ne suffit pas: faut-il faire une prépa classique, ou une prépa intégrée? Vers quoi m’orienter? De l’ingénierie ou du commerce? De la recherche? Pourquoi pas mais alors, dans quel domaine? Une foule de questions dans ma tête se bousculant à mesure que le Bac approchait.

J’ai donc décidé d’aller dans des salons et échanger avec des étudiants. Me voilà donc parti à la rencontre d’écoles de commerce, de prépas, et d’écoles d’ingénieur. Ma décision s’est faite ainsi: quite à passer un concours, autant le faire en même temps que le bac. Quite à aimer les sciences autant intégrer une école d’ingénieurs. Si le commerce manque, les doubles diplômes seront là pour le combler. J’ai donc décidé d’intégrer l’ECE Paris. Pour son ouverture sur l’international, sa face généraliste, et sa vie associative. Après avoir passé divers concours dont le concours Avenir j’ai pu entrer dans cette école d’ingénieurs. Me voilà parti pour cinq années d’étude à l’ECE Paris.

 

La vie étudiante a su m’intégrer rapidement, notamment par ses soirées, son week-end d’intégration, et ses associations. J’ai pu être ambassadeur de l’école durant deux années consécutives, afin de représenter l’ECE Paris et informer sur des salons étudiants. En deuxième année j’ai eu l’immense bonheur d’intégrer l’équipe du BDE Madn’ECE qui sera une expérience sans pareil pour moi. Pour préparer la fin de la prépa intégrée un nouveau choix est à faire: quelle destination pour l’international en 3 année?

 

A mes yeux la question ne réside pas tant dans la destination, mais surtout dans la durée du séjour : six mois ou un an ? Seule destination pour un an : le Danemark. Il faut avouer que la destination n’est pas aussi paradisiaque que le Mexique, ou l’Australie. Je regarde donc les cours : Electronique, bon, que faire ? Après une hésitation qui dura jusqu’au dernier moment je me suis finalement pris au jeu : j’irai au Danemark. Un an. Quitte à partir, autant le faire pour de bon, se lancer et voir les débouchés. S’intégrer ne devrait pas être si dur. Mon niveau en électronique ? Qu’importe je m’améliorerai là-bas s’il ne suffit pas. La météo ? Aucune importance. Mes amis ? Six mois à l’étranger aussi. A la prime : un Bachelor basé sur des projets uniquement, et un mode de vie qui m’est inconnu.

 

Aalborg est une ville essentiellement étudiante, partagée entre deux universités : Aalborg Universitet et UCN. Située au nord du Danemark dans le North Jutland, 205 809 habitants en Janvier 2014. A Aalborg Universitet chaque domaine d’étude est un Bachelor à lui tout seul. La méthode est propre à l’Université : un fonctionnement par projets, des applications concrètes. Je vous parlerai bien sûr de mon expérience dans mon Bachelor en électronique. Dès les premiers jours nous nous sommes mis en groupe : des groupes de travail. Sur un cours de 4h, 1h30 environ sont dédiées au cours, le reste du temps nous sommes dans des salles afin de faire les exercices avec l’aide du professeur. Ces salles nous sont prêtées, et nous pouvons y accéder jour et nuit. Les cours ont duré deux mois, pour ensuite laisser place au projet semestriel. Les cours ne sont là que pour nous aider au projet. Le rythme est bien moins soutenu qu’en France puisqu’il n’y a pas de vacances imposées, mis à part Noël. Il est de notre responsabilité d’en prendre en discutant avec notre groupe de projet. Les examens se font en fin de semestre courant Janvier et sont répartis sur plusieurs semaines. Un rapport complet et un oral sont dédiés au projet. Les professeurs sont vus comme étant au même niveau que les étudiants, toujours ouverts et d’une grande aide pour les projets. Au moindre problème ils sont présents et nous proposent leur aide. Les cours du semestre 6 ont été les suivants : Signal Processing, Communication Systems, Modelling and Control. Ils viennent en complément au projet semestriel.

 

A l’heure où je vous écris un soleil radiant dans un ciel bleu est là. La qualité de vie est à mes yeux incomparable. Les Danois sont pour la plupart ouverts, sérieux, et sportifs. Un respect de la vie privée et la confiance sont au centre de la culture danoise à mes yeux. Afin de m’intégrer au mieux j’ai rejoint une équipe locale de Waterpolo composée uniquement de Danois. Mes déplacements se font uniquement en vélo sur des pistes spécifiques qui quadrillent la ville. La neige n’y fera rien puisque les routes sont déneigées sans relâche. La météo n’est pas toujours clémente mais on apprend à passer outres assez facilement. Quant à mon habitation, j’ai fait le choix d’être dans un kollegium (résidence étudiante) où des Danois principalement vivent. Un pôle « Accomodation Office » aide et trouve des logements pour les étudiants internationaux. En compagnie de Romaric Destremau nous sommes partis à la rencontre d’autres internationaux afin de s’intégrer au mieux dès le début.

 

Le coût de la vie est très largement raisonnable, les légumes et fruits sont peu chers. La viande est largement abordable et toujours de bonne qualité même au bas prix. Cependant s’habiller et voyager revient plus cher qu’en France. Aucun frais ne sont à avancer pour l’université. Le médecin et l’hôpital sont gratuits une fois que vous avez la « carte jaune » qui vous régularise. La dépense principale est dans l’achat d’un vélo qui vous suivra partout. Le loyer est bien inférieur à celui de Paris pour une surface équivalente.

Des conseils ?

Ne vous fiez pas aux apparence, et n’écoutez pas ce qu’on peut vous dire sur le Danemark. Choisissez bien votre groupe de projet : vous passerez votre temps avec eux. N’hésitez pas à sortir, investissez vous partout, et forcez vous à perdre vos habitudes. Ce qui m’a le plus choqué est sans aucun doute mon premier retour en France qui s’est fait en Décembre. Mon regard est totalement différent, mes habitudes et mes repères changés. L’expérience que vous pouvez en tirer ne dépend que de vous. Les coups de mou et le mal du pays arrivent, mais ne vous laissez pas faire. Ces coups de mou sont vos habitudes qui partent pour en trouver d’autres, d’où l’importance de garder des repères autour de vous. La destination n’est pas importante, ce qui importe ce n’est rien d’autre que votre changement de vision, et votre ouverture.

Et Après ?

Une fois l’année au Danemark finie, je compte finir mon Master à l’ECE Paris, et ensuite intégrer une école de commerce afin de compléter ma formation d’ingénieur. Ma majeure n’est pas encore choisie pour le moment. Ce qui est sur, est que travailler dans un autre pays n’est pas qu’une éventualité pour moi, mais est incontournable.J’ai pu me lier d’amitiés avec des personnes venant d’Italie, Espagne, France, Allemagne, Roumanie, Suède, Slovaquie, Lituanie, République Tchèque, et bien évidemment Danemark. Beaucoup d’amis sont malheureusement rentrés à la fin du semestre, ce qui n’empêche pas de garder contact et prévoir des voyages en groupe. Mon niveau en électronique s’est très clairement amélioré, mes capacités d’adaptation sont renforcées. Le Danemark est déjà une expérience inoubliable, il reste six mois, ma seule frayeur est que le temps passe trop vite. Sur ces derniers mots je retourne retrouver mon vélo et profiter de cette clémente météo.