ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Mercredi

04/01/2017

Mardi

07/02/2017

Mercredi

01/03/2017

Mardi

11/04/2017

Mercredi

03/05/2017

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
International

Stages à l’international à l’ECE Paris : témoignage de Maxime Schneider actuellement chercheur dans un laboratoire universitaire en Thaïlande

30
Jul

Maxime Scheider ECE Paris

 

Maxime Schneider, 20 ans, est Franco-Japonais. Il a suivi une scolarité en banlieue parisienne au sein du lycée Franco-Japonais de Tokyo jusqu’à l’obtention du Baccalauréat scientifique. Il a intégré l’ECE Paris en Prépac.

En première année du cycle ingénieur, il est parti étudier au département Computer Science Engineering de l’Université de Concordia à Montréal. Il souhaite s’orienter l’année prochaine vers la majeure Systèmes Embarqués en section internationale, avec en mineure le module Ingénierie à l’Internationale.

Pourquoi avez‐vous décidé de faire votre stage à l’étranger?

Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours aimé voyager, découvrir de nouveaux horizons, de nouvelles cultures. C’est d’ailleurs pourquoi jusqu’à présent j’ai toujours mis l’accent sur l’apprentissage des langues : j’ai étudié l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le japonais et le chinois et la lecture de magazines touchant la géopolitique en hobby.

Mes quatre années en expatriation en immersion complète, tout comme mon semestre au Canada ou d’autres voyages restent pour moi inoubliables. L’année dernière, j’ai réalisé mon stage à Mui Ne au Vietnam, un petit village de pêcheur, spot de kite-surf en pleine expansion. Afin de mieux comprendre la place de ma deuxième culture qu’est la culture japonaise, j’ai ainsi désiré effectuer un troisième stage en Asie et cette fois-ci dans une toute nouvelle destination : Bangkok, la capitale de la Thaïlande.

Comment avez‐vous choisit la destination ? L’entreprise ?

Outre le fait de vouloir en savoir d’avantage sur la place du Japon dans l’Asie et de vouloir découvrir une nouvelle culture, j’ai voulu avoir une expérience en Asie dans des conditions bien différentes afin de pouvoir les comparer : un stage dans la troisième puissance économique mondiale, monarchie constitutionnelle qu’est le Japon, en sa capitale, Tokyo ; un stage dans un petit village de pêcheurs qui est en pleine expansion (Nha Trang il y a 10 ans), à 200km d’Ho Chi Minh Ville en la République socialiste qu’est le Vietnam et enfin, un projet scientifique dans un laboratoire thaïlandais dans l’un des 25 pays dits à croissance rapide et en banlieue limitrophe de sa capitale Bangkok, Thonburi.

Le stage/projet scientifique qui m’a été proposé par le professeur Durouchoux (enseignant en astrophysique à l’ECE Paris) a tout de suite attiré mon attention : il répondait à la fois à mon désir de continuer mon étude de l’Asie et concordait parfaitement avec mon cursus professionnel : je m’apprêtais à réaliser un stage dans un laboratoire scientifique en Asie dans le département Computer Science Engineering de KMUTT (King Mongmut’s University of Technology Thonburi), une université située dans le Top 3 de l’ASEAN et la deuxième meilleure université du pays !

Combien de temps avant votre départ avez‐vous commencé à préparer votre voyage ?

Postulant dans le campus d’une université comprenant plus d’une dizaine de bâtiments de 11 étages qui semble avoir l’habitude de recevoir des étudiants étrangers, le département international de KMUTT était prêt et m’a beaucoup facilité la tâche : réservation d’une chambre dans une résidence à proximité de l’université, rédaction d’une « acceptance letter » pour faciliter ma demande de visa (le visa touriste n’est valide qu’un mois), etc. Il ne me restait donc qu’à faire le nécessaire pour être couvert par mon assurance maladie à l’étranger.

Quel stage avez-vous trouvé ?

Mon stage comprend principalement trois missions :

  • la rédaction d’environ 500 QCM pour une application iPhone pour aider les lycéens à préparer les concours d’entrée aux concours d’écoles d’ingénieurs post-bac pour StudyQuizz
  • l’optimisation de mon PSTE (Projet Scientifique et Technique en Équipe) de l’année dernière qui a été nominé à l’ECE Innov Awards (une lampe écolo’ qui marche à l’énergie solaire et qui permet à son utilisateur de bénéficier d’un éclairage gratuit en continu 24h/24) en calculant des rendements et en cherchant à améliorer le panneau solaire avec des lentilles convergentes (la faculté ne disposant pas de posemètre, je suis actuellement en train de développer une application iPhone permettant de récupérer l’éclairage d’une pièce en lux en utilisant la caméra de l’iPhone)
  • et sa promotion via le développement d’un site web.

Le début a été assez difficile : je ressentais une forte solitude, ma vie à Paris me manquait un peu, notamment la vie associative de l’école. Heureusement, ce n’est pas mon premier séjour en immersion complète dans une nouvelle atmosphère donc j’ai pu rapidement m’acclimater et m’adapter. Dès les premiers jours, j’ai pu faire la connaissance et sympathiser avec des étudiants Thaïlandais. Ils m’ont fait visiter le campus et une partie de la ville, donné des conseils, et sont très réactifs à mes demandes (connexion wifi, aide pour développer mon application iphone, etc.). Au bout d’une dizaine de jours, d’autres étudiants français en école d’ingénieurs m’ont rejoint et petit à petit des étudiants finlandais et allemands arrivent.

Qu’avez-vous appris ?

D’un point de vue technique, ce stage me permet de me perfectionner en LaTex, de programmer en Objective-C (programmation d’application iPhone) et de programmer en HTML5 et CSS3 (programmation web), ce qui rentre parfaitement dans la lignée de mon projet personnel.

À cela s’ajoute tout l’aspect humain et d’ouverture d’esprit, d’étude culturelle en essayant de comprendre comment ces Thaïlandais fonctionnent. J’en apprends tous les jours par les étudiants et les locaux tant par leur manière d’agir que par ce qu’ils me disent. L’étude de l’histoire du pays me permet de mieux appréhender le passé de deux NPE dits Tigres d’Asie du Sud-Est que sont le Vietnam et la Thaïlande.

D’un point de vue linguistique, je suis bien évidemment en train d’améliorer mon anglais. Je trouve fort sympathique le fait que tous les étudiants et professeurs parlent en anglais ma présence et non thaïlandais entre eux. Je vais éminemment me mettre à apprendre la langue thaï.

Quels sont vos projets ?

Il est peut-être un peu tôt pour me prononcer sur la question d’expatriation ou non. Néanmoins, je souhaiterais continuer à voyager et sûrement trouver un travail qui fait le pont entre l’Europe et l’Asie. Une expatriation à Singapour, Londres ou à Tokyo me plairait énormément. Ou même dépendre d’une entreprise française et être amené à voyager entre l’Occident et l’Orient.

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant de l’ECE Paris qui souhaite partir faire son stage à l’étranger ?

Ne pas avoir peur de la barrière de la langue que laisse présupposer l’écriture et la langue thaïlandaise ! Comme le dit si bien ma grand-mère, « les voyages forment la jeunesse ! ». Alors il ne faut pas être déboussolé et profiter de chaque minute passée à l’étranger !