ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Mercredi

04/01/2017

Mardi

07/02/2017

Mercredi

01/03/2017

Mardi

11/04/2017

Mercredi

03/05/2017

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
International

Jules, étudiant en 3eme année à l’ECE Paris, nous raconte son expérience

04
Dec

DSC08927

 

Vous rêvez d’un stage à l’étranger ? Pourquoi pas la Thaïlande ? Jules, étudiant en 3ème année nous fait part de son expérience.

Pouvez-vous me résumer votre parcours ? (Pourquoi l’ECE Paris ? quelle majeure ? pourquoi ?)

A la base, je suis rentré en prépa PCSI/PC à Caen, en Normandie, pour devenir Officier dans l’armée de l’air. Cependant les différentes réformes politiques ainsi que les contractions budgétaires dans le domaine militaire, de 2011 à 2013, ont eu pour conséquence de doubler les barres d’admissibilité aux différents concours. J’ai donc dû me trouver une nouvelle voie correspondante à mes passions.

 

Je me suis donc tourné vers l’ECE car elle est dotée d’une majeure finance, ma deuxième passion, ce qui est assez rare pour une école privée. De plus, elle propose une expérience étrangère dès l’ING 3 et se trouve classée très raisonnablement sur le marché du travail.

Pourquoi, où et comment avez-vous décidé d’effectuer votre stage ?

Dans le cadre de mon expérience scolaire en Malaisie lors de ma troisième année, j’ai eu l’idée d’en profiter pour me trouver un petit stage de deux mois dans le secteur afin de prolonger mon expérience.

 

Un jour, je reçois un coup de téléphone d’un homme qui se présente être le responsable d’un pôle touristique sur l’île de Koh Tao, en Thaïlande, et qui m’explique qu’il a eu mon contact grâce à une connaissance commune.

Quel stage effectuez-vous ? Quelle est votre journée type ? Quelles sont vos missions ? Qu’apprenez-vous ?

J’ai été manageur des ventes de la région Nord de l’île de Koh Tao. En premier lieu, je m’occupais des ventes de l’ensemble de notre filiale plongée car l’île est réputée mondialement pour être l’un des plus beaux spots de plongée. Je m’occupais également de gérer les réservations ainsi que toute l’équipe d’instructeurs avec l’aide de mon responsable.

En tant que manageur des ventes, je me suis aussi occupé du marketing en refaisant complétement leur site internet et en travaillant avec les différents guides de voyage comme Le Routard et Le Petit Futé.

 

J’ai également dû fournir une étude de marché complète du secteur très concurrentiel et travailler à un léger remaniement de nos tarifs et services. Ça a été l’une des parties les plus intéressantes de mon stage car proche de mon domaine favori : la finance.

 

Pour finir, j’étais assez proche de mon responsable et donc de la direction. Nous discutions du management de l’équipe et j’ai ainsi pu donner mon avis sur différentes choses que je voyais. Mon responsable m’a fait confiance sur certains aspects et malgré mon jeune âge, en plus de lui avoir apporté un pourcentage non négligeable des ventes réalisées, je pense avoir contribué aussi à l’aspect humain de l’entreprise. Je suis fier de cette expérience et je remercie l’ECE de m’avoir donné l’occasion de vivre quelque chose d’aussi enrichissant humainement et professionnellement.

Pouvez-vous nous décrire la vie sur place ? Quelques anecdotes ?

Le rythme de travail était très élevé. Etant en pleine saison, je faisais du 10h – 20H tous les jours sans compter que le soir je passais souvent dans notre restaurant voir si tout était en place et si les clients étaient satisfaits. En deux mois je n’ai eu que deux jours de repos.

 

Les clients que je rencontrais devenaient souvent des amis et c’était agréable de les retrouver dans le complexe, au soir. Aimant la cuisine thaïlandaise, je connaissais les meilleurs plats traditionnels et 95% des soirs je m’asseyais à leurs tables pour les conseiller et les inciter à tester des gouts nouveaux.

Quelles différences y a-t-il entre le fait d’effectuer son stage dans ce pays par rapport à la France ?

S’habituer à la vie locale. Malgré le fait que l’on travaille sur place, cela ne nous donne pas le droit de nous sentir chez nous. Le thaïlandais a un fort caractère et malgré le sentiment de liberté que l’on peut vite ressentir dans ces pays, on ne peut pas faire ce que l’on veut et restons quand même des « farangs », le terme que l’on attribue aux étrangers. Cependant le fait d’avoir travaillé en collaboration avec eux fut magique pour moi. Si ils sont distants au premier abord, les thaïlandais s’avèrent chaleureux une fois que l’on a pris le temps des les connaître.

 

Le coût de la vie dérisoire par rapport au monde occidental est un atout que j’ai aussi énormément apprécié que ce soit en Malaisie ou en Thaïlande.  On mange au restaurant pour deux euros, loue un scooter pour trois euros par jour, une nuit en hôtel plutôt luxe entre 10 et 20 euros et voyageons pour trois fois rien. Cela nous donne beaucoup plus l’occasion de profiter des choses que ces pays ont à nous offrir mais aussi d’avoir une vie sociale beaucoup plus importante. Tout le monde se retrouve partout pour faire des activités.

Avez-vous un ou deux bons plans à donner à des étudiants qui souhaitent également partir faire leur stage là-bas ?

Savoir se vendre… Comme partout vous me direz, mais particulièrement dans ces pays. Vous devez leur montrer que vous allez leur apporter davantage qu’une personne locale et devez leur donner envie de payer un visa pour un étranger. J’ai eu énormément de mal à faire ça, notamment à Bangkok, Kuala Lumpur, mais surtout Singapour où le système privilégie les locaux. J’y avais sollicité de nombreuses banques, en vain. Mais ce fut une expérience enrichissante qui me servira pour mon stage, l’année prochaine, plus axée sur ma majeure finance. Je ne regrette rien.

Quels sont vos projets ?

Après avoir eu un premier stage plus axé management et commercial, ma priorité absolue est de trouver un stage plus technique en finance de marché que ce soit en France ou à l’international et ce, dès Avril 2015.

 

J’ai repris les cours à Paris pour commencer ma majeure, plus motivé que jamais. Et je dois également m’occuper de faire évoluer l’association que j’ai reprise au sein de l’école, ECE Finance.