ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

17/12/2016

Samedi

28/01/2017

Samedi

25/02/2017

Samedi

18/03/2017

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Mercredi

04/01/2017

Mardi

07/02/2017

Mercredi

01/03/2017

Mardi

11/04/2017

Mercredi

03/05/2017

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
Projets étudiants

Houston, nous avons une solution

03
Mai

ece3sat

 

Rencontre avec Eva Lourau, une ingénieure de la promo 2016 qui souhaite envoyer l’ECE Paris dans l’espace avec le projet ECE³SAT.

Bonjour Eva ! Tout d’abord, présentez-vous un peu et expliquez-nous votre envie de fonder ce projet ambitieux

Ayant choisi la Majeure Énergie & Environnement, l’idée de base était de développer une technologie environnementale pour les satellites. L’espace, ça fait rêver. En école d’ingénieurs, on a l’opportunité de développer des projets spatiaux. C’est une chance à saisir. Avec un camarade de majeur, Arthur Schmitt, nous nous sommes penchés sur les nano-satellites et leurs perspectives novatrices. C’est de là qu’est né le projet ECE³SAT.

Pouvez-vous nous présenter le projet ?

ECE³SAT est un projet de nano-satellite étudiant, aussi appelé « CubeSat ». Ils sont apparus à la fin des années 90 suite à une initiative de l’université californienne Caltech. Ces satellites à faible coût de développement sont très prisés par les cursus universitaires, et de plus en plus par les industriels qui y voient une manière économique de tester leurs systèmes et leurs technologies dans un environnement spatial. Les CubeSats sont des satellites dont une unité est un cube de 10cm de côté pour une masse d’environ 1kg, unités qui peuvent être ajoutées les unes aux autres. Le projet ECE³SAT est un CubeSat 1U (une unité) dont l’objectif est de servir de démonstrateur technologique pour un système de désorbitation utilisant le champ magnétique terrestre. Le lancement est initialement prévu pour 2020-2021.

Quelle est la problématique à laquelle répond ECE³SAT ?

L’origine du projet vient de la problématique des débris spatiaux et du besoin de multiplier les CubeSats en orbite. Depuis que l’homme a commencé à exploiter l’espace, les satellites inactifs et les débris (résultant de collisions entre satellites ou avec des micro-météorites) se sont accumulés autour de la Terre, rendant aujourd’hui les orbites terrestres très polluées. Les débris spatiaux voyagent à une vitesse moyenne de 8km/s en orbite terrestre et sont un réel danger pour toute mission spatiale. Même si les plus gros sont traçables depuis le sol et qu’il est possible de faire des manœuvres d’évitement (l’ISS, avec ses astronautes à bord, en effectue trois par an), le nombre de débris ne cesse de croître.

Quelles sont donc les solutions ?

Il est donc nécessaire de limiter et de réduire la population de débris spatiaux en orbite en permettant aux nouveaux satellites de se désorbiter en fin de vie, ou bien en allant directement chercher les débris en orbite pour les faire désintégrer dans l’atmosphère. Il a été calculé que d’ici 2020, le nombre de CubeSats en orbite dépasserait les 2000 (contre 300 actuellement), générant ainsi encore plus de débris potentiels. Le projet ECE³SAT vise donc à apporter une solution en équipant les CubeSats, satellites de demain, d’un nouveau système de désorbitation puis en prouvant ses performances.

Comment l’ECE Paris encadre-t-elle le projet ?

Ce projet regroupe plusieurs groupes de projet PFE et PPE. C’est un projet étudiant, et bien qu’encadré par l’école, le management, la relation partenaire et le travail d’ingénierie et de développement sont à la responsabilité des étudiants. Toutefois, une structure d’encadrement est mise en place pour s’assurer de la pertinence des décisions prises. L’ECE Paris, en plus d’accorder sa confiance aux étudiants pour un tel projet, finance une partie non-négligeable de l’ECE³SAT.

Qu’apportent au projet ECE³SAT les enseignements dispensés à l’ECE Paris et plus précisément ceux dans les Majeures ?

L’ingénierie spatiale est un domaine qui fait appel à des compétences très diverses et variées. Toutes les Majeures peuvent y apporter quelque chose, car le projet demande des champs différents de connaissances. Toutefois, des notions sont inconnues des étudiants et l’environnement spatial est très particulier. La solution à ce problème réside dans l’alliance avec d’autres universités, IUT, et institutions afin d’assurer l’avancée du projet.

Techniquement, la physique (mécanique et thermique), l’électromagnétisme, l’électronique (microcontrôleur, microprocesseurs, sécurité, registre et mémoire, distribution d’énergie, etc.) et l’informatique (algorithmique, vision modulaire, implémentation sans bug, etc.) représentent les domaines de compétences essentiels. Et c’est exactement ce qui est enseigné à l’ECE Paris au sein de ces Majeures.

Personnellement, le projet demande du sérieux, une vision système des projets, une capacité à travailler avec des grosses équipes et une aisance dans la remise en question de son travail. Par ailleurs, un bon niveau en anglais est requis (tous les documents sont en anglais). Mais le carburant nécessaire pour rejoindre ce projet reste une motivation hors-norme, qui enverra l’ECE³SAT dans l’espace.

Quelles sont les perspectives du projet ECE³SAT ?

Le projet peut tout à fait évoluer en une start-up au cours du développement qui dure cinq ans, de 2015 à 2020. Les dépôts de brevets ne sont pas à exclure. Nous pensons à la normalisation de notre système, avec une obligation fixée par l’agence spatiale européenne (avec qui nous sommes partenaires) pour équiper tous les CubeSats pouvant générer des débris. Le souci du respect de notre environnement s’adresse à l’espace et pas seulement à la terre ferme, d’autant que la conquête de l’espace est compromise en raison de ces débris qui lui bloqueront de plus en plus l’accès. Nous souhaitons que cette exploration spatiale perdure tout comme la passion qui l’anime !

Un rêve pour ce projet ?

Un succès. Je rêve du jour où nous enverrons notre satellite en orbite.