ece paris ecole ingenieurs

ECE DATING

1 HEURE POUR VOUS CONSEILLER

 

L’ECE Paris propose de vous aider à faire vos choix d’orientation à travers des rencontres personnalisées.

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

20/05/2017

Sur rendez-vous, en fin de journée vous serez alors contacté(e) par le Service des Admissions de l'ECE afin de convenir ensemble d'un rendez-vous.

PORTES OUVERTES

1 JOUR POUR DECOUVRIR L’ECE PARIS

 

Venez à la rencontre de l’ECE Paris pour découvrir la formation d’ingénieur (programme, projets, international, débouchés…).

je sélectionne
la date souhaitée

Samedi

20/05/2017

ECE T@STING

2 JOURS POUR VIVRE COMME UN ELEVE-INGENIEUR

 

Mettez-vous dans la peau d’un élève-ingénieur et venez tester les études d’ingénieur.

je sélectionne
la date souhaitée

Aucune date pour le moment

contact

  • ECE Paris
    Immeuble POLLUX
    37, Quai de Grenelle
    75015 Paris

    Tel : 01 44 39 06 00
    Fax : 01 42 22 59 02

    www.ece.fr - contact@ece.fr

    Établissement d’enseignement supérieur privé, reconnu par l’État, habilité
    par la Commission des Titres (CTI) à délivrer le diplôme d’ingénieur.

besoin d'une information spécifique .

Vous êtes ,
vous souhaitez

Demande de doc > CANDIDATS INTERNATIONAUX

  • * Champs obligatoires suivant

les actualités
International

Coline revient sur ses études dans la prestigieuse Université de Chulalongkorn, #1 en Thaïlande.

30
Jan

chulalongkorn-university-ece-paris

Pouvez-vous nous résumer votre parcours ? Pourquoi l’ECE Paris ?

J’ai obtenu un bac S option mathématiques et j’ai choisi de venir à l’ECE Paris car je voulais intégrer une école d’ingénieurs post-bac. Je ne souhaitais pas continuer mes études dans quelque chose de vraiment spécifique, mais je voulais quand même pouvoir découvrir, dès ma première année, l’informatique.

 

L’ECE Paris m’a paru proposer le compromis que je cherchais, avec une vie associative riche et un large panel de destinations proposées pour le semestre à l’étranger !

Pourquoi et comment avez-vous décidé d’effectuer votre semestre à Chulalongkorn, ISE, Thaïlande ?

À l’origine, j’ai passé mon IELTS avec comme perspective un semestre en Australie. Mais je me suis vite rendue compte que la vie là-bas était trop chère pour pouvoir effectuer des voyages sur place, et profiter pleinement des kangourous et des pays aux alentours. Voulant pratiquer au maximum mon anglais et profiter du soleil, j’ai donc choisi la Thaïlande.

Quelle est votre journée type ? Qu’apprenez-vous ?

Tout d’abord, le petit déjeuner à 7h, c’est important. Après m’être préparée, je prends la navette de 7h30 qui nous dépose depuis la résidence jusqu’à l’université. Comme Bangkok est très souvent bloqué par les embouteillages, je suis obligée de prendre une petite marge d’avance.

 

J’attends donc en général le début des cours dans la bibliothèque toute récente du bâtiment d’ingénierie. Nous avons un cours de 3h par demi-journée. On apprend surtout à travailler en groupe avec des personnes aux profils différents des nôtres.

 

Tous les devoirs sont à rendre par groupe, et les professeurs laissent rarement les internationaux se mettre entre eux. Une bonne opportunité pour se mélanger aux étudiants locaux !

Pouvez-vous nous décrire la vie sur place ? Quelques anecdotes ?

À Bangkok, mes journées de cours sont assez routinières : je vais en cours, je rentre à la résidence et mange au “garage”, le petit restaurant en bas de la résidence dans lequel on mange thaïlandais pour 1,50€ en moyenne ; le bon plan. En revanche, comme les cours finissent tôt, je m’arrange pour finir mes devoirs dans la semaine afin de voyager le week-end !

 

Et ça, c’est le meilleur moyen de casser la routine en s’en mettant plein la vue ! Depuis Bangkok, tous les trains, minibus et cars de nuit permettent aisément d’explorer le pays, pour environ 50€ le week-end de trois jours, tout compris. La vie sur place est tellement peu chère qu’au final, on ne se déplace quasiment plus qu’en taxi, voir en moto-taxi lorsque les rues sont trop encombrées !

Quelles différences y’a-t-il entre la vie en Thaïlande et en France ?

Quasiment tout ! La vie en Thaïlande n’a rien à voir avec la vie française, et encore moins parisienne ! La nourriture est différente, les prix sont inversés : les produits habituellement peu chers sont ici hors de prix et inversement. De plus, les horaires sont décalés : par exemple, les thaïlandais mangent à 19h le soir et si vous vous baladez dans un quartier qui n’est pas touristique, ne vous étonnez pas que les restaurants soient fermés à 21h !

 

Par contre, la société de consommation est très développée ici aussi ; les centres commerciaux ne ferment pas avant 22h et on trouve des marchés partout, même devant les hôpitaux. Certains thaïlandais ne sont pas toujours très à l’aise en anglais.

 

Ils restent malgré tout souriants, serviables et ouverts à la négociation. En Thaïlande tout se négocie, parfois même le restaurant !

Avez-vous un ou deux bons plans à donner à des étudiants qui souhaitent également partir là-bas ?

Le premier qui me vient en tête, c’est la résidence étudiante où j’ai passé mon semestre : « Nonsi résidence ». Elle est un peu excentrée du centre-ville, mais le métro est à 15min à pied, les taxis passent très régulièrement par la grande route et la navette vient nous cueillir chaque matin en bas de la résidence.

 

C’est aussi à mes yeux le meilleur moyen de rencontrer des étrangers, car il y a de toutes les nationalités ! C’est aussi là que j’ai le plus parlé anglais, et récupéré toutes les bonnes astuces et bon plans pour mes voyages.

 

Il y règne une ambiance familiale où tout le monde se connaît, je la recommande vivement !!

Quels sont vos projets ? Quelle majeure envisagez-vous?

De retour à Paris, j’envisage de choisir la Majeure Santé et Technologies car je me sens attirée par le monde de la médecine et des soins.

 

Par rapport à l’étranger, ce semestre m’a donné goût aux voyages et j’espère pouvoir partir en Amérique latine, ou du moins dans un pays hispanophone, en 5ème année afin d’améliorer cette fois-ci, mon espagnol.

 

La Thaïlande restera pour autant mon premier grand dépaysement.