1919 – 2009 : l’ECE et les enjeux de la planète

1919 – 2009 : l’ECE et les enjeux de la planète

Diversifier les sources d’énergie en s’appuyant en particulier sur les énergies renouvelables … C’est l’un des grands défis sociétaux que l’ECE a décidé de relever en créant trois voies d’approfondissement : Transports & mobilité, Energie & environnement, Santé & technologies.

Depuis sa création en 1919, l’ECE a toujours axé son enseignement sur les nouvelles technologies. Née avec la radio et pour la radio, il est intéressant de constater comment partant de cette technique qu’était la TSF encore balbutiante à la fin du 19e siècle, on en est arrivé à l’électronique, aux automatismes, à l’informatique, puis à la robotique, pour aller ensuite vers l’intelligence artificielle, la conception assistée par ordinateur ou la réalité virtuelle, pour ne nommer que quelques disciplines résumant les étapes technologiques qu’a connues l’école.

Pour Pascal Brouaye, son directeur : « Les nouvelles technologies ne sont pas une fin en soi, elles sont au service de l’humanité et n’ont d’intérêt que par les solutions innovantes qu’elles apportent à la vie quotidienne, à la société dans son ensemble, à la connaissance des phénomènes et à l’aménagement de notre espace. » L’ECE est une école d’ingénieurs généraliste et Hi-Tech, ou technologies de pointe si vous préférez. Nos économies modernes sont confrontées à de nouveaux défis à la fois techniques, économiques et sociétaux, sans oublier les questions liées à l’environnement. Ces défis dépassent nos simples frontières nationales et s’inscrivent dans cette vaste préoccupation qu’est le développement durable.

Face à cela certaines des réponses passent par l’innovation qui elle-même se traduit par des besoins croissants en ingénieurs des technologies avancées, et ce dans tous les secteurs d’activité. Ceci veut dire que l’ECE a donc elle aussi une responsabilité dans la réponse qu’elle peut apporter. L’école a ainsi identifié trois domaines pour lesquels elle a créé en dernière année d’ingénieur trois options spécifiques. Ces options traduisent le souhait d’accompagner la prise de conscience très large qui touche chacun dans son quotidien : la nécessité absolue de rationnaliser nos dispositifs de consommation en matière de déplacements, d’énergie et de soins médicaux.

Chacune de ces préoccupations appelle une réponse et un ensemble de solutions adaptées. Pour pouvoir se mobiliser efficacement sur ces enjeux de nombreux secteurs sont à la recherche de nouvelles compétences. Les étudiants eux-mêmes sont sensibles à tous ces changements et leurs enjeux. Certains ont déjà vu là des opportunités répondant à leurs aspirations et sont eux-mêmes convaincus que l’une des clés de ces défis est l’innovation. C’est pourquoi depuis la rentrée de 2009 ils peuvent en dernière année opter pour les voies d’approfondissement suivantes :

  • Transports & mobilité
  • Energie & environnement
  • Santé & technologies

Avec l’option Transports ce sont les enjeux de la mobilité durable qui sont à considérer. A travers le monde la population devient de plus en plus urbaine. Dans ce contexte la mobilité en milieu urbain et inter-cités est un enjeu planétaire qui nécessite des solutions de transports efficaces, économes en énergie, émettant le minimum de gaz à effet de serre tout en garantissant le maximum de sécurité. L’information des voyageurs, leur confort et leur sécurité, l’optimisation des consommations en énergies fossiles aussi bien qu’électriques, la rationalisation des plans de transports urbains et interurbains, le contrôle et la prévision du trafic sont autant de sujets pour lesquels une utilisation croissante des nouvelles technologies s’avère de la plus haute importance.

L’électronique embarquée est au cœur des systèmes communicants dont sont équipés les véhicules, avec le support d’une intelligence logicielle de plus en plus sophistiquée, ainsi que des dernières avancées en matière de télécommunications. Il est loin le temps où la TSF avait pour mission de permettre aux bateaux de communiquer entre eux ou avec la terre. Mais quelque part l’esprit demeure le même.

Le Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, Vector, VEOLIA Transports, THALES Air Systems, THALES D3S, interviennent dans l’option Transports & mobilité.

Il est clairement établi qu’il est grand temps de diversifier les sources d’énergie, en particulier en s’appuyant sur les énergies renouvelables, et d’en rationnaliser l’utilisation. Les raisons sont connues : épuisement des énergies fossiles, pollution, réchauffement de la planète du fait de l’activité humaine avec pour cette dernière la menace d’une fonte de l’Antarctique et une montée des eaux. Tout ceci ne peut conduire qu’à des catastrophes naturelles qui verront le déplacement de millions de personnes et la réduction de la biodiversité de notre planète. Ainsi énergie et environnement se trouvent liés dans cette deuxième option nouvellement créée.

Réguler l’utilisation simultanée de plusieurs sources d’énergie pour tempérer l’habitat, alimenter les usines de production, chauffer les villes et les grandes infrastructures, tout cela nécessite l’utilisation massive des hautes technologies, dont les « capteurs et les réseaux énergétiques intelligents » constituent la pierre d’angle. Les élèves-ingénieurs de l’ECE entrent ici dans la problématique du développement durable avec des outils concrets issus de leur formation en systèmes d’information, systèmes embarqués, télécommunications et réseaux. Un certain nombre d’entreprises ont de suite compris l’intérêt de cette option dédiée à l’optimisation des besoins énergétiques et des consommations.

Elles en sont devenues les grands partenaires comme : EDF, GDF-SUEZ, NEXTEP, Orange Labs, Siemens, Bouygues-Immobilier, Euriware-Areva, Schneider, Solucom et Technip.

« En 2050, la moitié de la population mondiale aura plus de soixante ans », indique Yannick MOTEL, Secrétaire général de la Fédération LESISS (Les Entreprises des Systèmes d’Information Sanitaires et Sociaux), partenaire de l’option Santé et technologies. Dès lors, l’augmentation prévisible des pathologies et du nombre de personnes ayant besoin d’assistance est considérable et impose une modernisation profonde du système de santé, dans tous les pays. Cette option traite non seulement de l’harmonisation des systèmes d’information et des réseaux de santé, immense chantier de ce début du 21ème siècle à l’heure du dossier médical numérisé, mais aussi du développement considérable de la télésanté, notamment dans les pays où l’infrastructure hospitalière fait défaut.

Les solutions « e-santé » (imagerie à distance, télémédecine, suivi des patients sur leur lieu de vie, dossier médical, …) permettront d’augmenter l’efficacité des dépenses de santé et le confort du patient, de réduire les coûts et la durée des séjours dans les hôpitaux. Les plus grandes sociétés de l’informatique, de l’électronique et des télécommunications accompagnent le développement de cette option : Alcatel-Lucent, Orange, THALES, Microsoft, Cap-Gemini, SAP Business Objects, aux côtés des hôpitaux (HEGP) et de PME performantes (TAM Télésanté, Softway Medical).

Après 90 ans d’existence il est réconfortant de constater que l’esprit qui a façonné l’école depuis le premier jour est toujours là. Si les technologies et les métiers on changé, l’agilité de l’école demeure et chaque jour elle sait se réinventer en plaçant toujours au centre de ses préoccupations ce qui était si cher à son fondateur, M. Eugène Poirot, à savoir l’homme. En feuilletant ses écrits et en interrogeant ceux qui l’ont connu, on découvre que les paroles de Pascal Brouaye sont des paroles qu’il aurait volontiers fait siennes s’il était encore parmi nous, lui qui a traversé bien des révolutions technologiques.

JJ Wanègue

Vous voulez réagir ou témoigner de vos propres expériences au sein de l'ECE ?

Témoigner